Décryptage d’un article de Télérama, ou comment le pluralisme ne se conçoit que de l’extrême gauche à la gauche.

C’est un article qui ne se veut ni haineux ni politique, juste un peu vachard mais qui révèle l’impossibilité pour certains de concevoir qu’on puisse être de droite voire du centre.

Son auteur (Aude Dassonville) est une journaliste spécialisée médias, tout à fait normale, lambda. Je suis sûr que 75% de ses collègues auraient pu écrire exactement le même….et c’est justement ça qui est effrayant, car cet article, il fait ressortir des œillères longues comme la muraille de Chine et opaques comme un diamant noir.

Dernière précision, je suis tout à fait neutre : je ne connais ni la vie ni l’œuvre de Natacha Polony, ne l’ayant pas regardé à la télé, ne lisant pas son blog et ne pouvant l’écouter le matin.

Natacha Polony, à droite toute sur Europe 1

Recadrage | Révélée chez Laurent Ruquier, la journaliste a pris les rênes de la revue de presse d’Europe 1 pour en faire une tribune au service de ses idées.

Le 27 août à 8h30, la journaliste s’est emparée (elle est venue avec des armes?)de la revue de presse d’Europe 1. Une rubrique qu’on aime beaucoup écouter quand on travaille dans la presse ; un peu par nombrilisme (mais oui, un peu), beaucoup par goût du pluralisme (pouf, pouf, vu la suite!). Pour le coup, le pluralisme a été porté à son paroxysme (Mon Dieu, comme ça fait peur tout ce pluralisme d’un coup sans palier de décompression !): une revue de presse aussi marquée idéologiquement, on n’avait pas entendu ça depuis, disons…, le socialo-compatible Ivan Levaï, au début des années 1990 sur France Inter (je dois avouer mon ignorance, il est de droite Levaï ???). Aussi marquée à droite, c’est carrément de l’inédit(si on n’écoute que France Inter, c’est sûr que ça arrive vite ce type d’inédit). Mais le plus perturbant est la façon dont Natacha Polony, 37 ans, a pulvérisé les bornes de l’exercice : plutôt que de se mettre au service des journaux, elle les a mis à son service — et celui de ses idées. (Oh la vilaine, pas un seul animateur de revue de presse n’a jamais fait ça, bien sûr, il suffit d’écouter France Inter)

« Je suis incapable de dire pour qui elle vote », proteste le pdg d’Europe 1, Denis Olivennes. Pas besoin d’être grand clerc, pourtant, pour dresser la liste de ceux qui n’obtiendront jamais son suffrage (tandis que les 75% de journalistes français qui ont voté François Hollande sont toujours suffisamment neutres pour qu’on puisse croire qu’ils auraient pu voter Sarko ou le Pen…) : les obsessions (pourquoi pas les thèmes de prédilection ?, qui n’a pas ses marottes ?) de cette ancienne journaliste de Marianne et du Figaro sont publiques. Accessibles aux lecteurs de son blog et de ses ouvrages sur l’Education nationale – plus précisément son déclin, et celui de la République tout entière. Évidentes aux yeux des téléspectateurs d’On n’est pas couché, où la journaliste est payée pour jouer les polémistes et assumer ses opinions (Audrey Pulvar, à cette même émission, représentait, elle, la neutralité, on suppose?). Offertes, désormais, aux fidèles d’Europe 1.

Chaque chronique permet à cette agrégée de lettres et ancienne prof de donner son avis sur l’actualité, de dispenser ses leçons, tant à ses confrères qu’aux politiques. Quitte à pousser le bouchon un peu loin, comme lors­qu’elle sous-entend que les Verts auraient un QI déficient pour avoir abusé des pétards. Ou tente un parallèle entre Jean-Marc Ayrault et les invertébrés (je n’ai pas entendu, mais je suppose que c’était du second degré à vocation humoristique, et compréhensible, sinon ça aurait fait scandale). Quand elle raconte les déboires de Cécile Duflot et sa « muselière qui permet de l’ouvrir », elle renvoie à la célébrissime citation de Jean-Pierre Chevènement : « Un ministre, ça ferme sa gueule ou ça dé­missionne. »« Il avait un petit peu plus d’élégance », gronde-t-elle, sans préciser qu’elle fut secrétaire nationale du Mouvement des citoyens et candidate chevénementiste à la députation en 2002 (mais c’est une vraie droitiste, cette Polony, elle a milité pour Chevènement, un compagnon de route éternel du PS. Donc l’aile droite du PS, c’est ça qui donne la revue de presse la plus marquée à droite de toute l’histoire de France !!!)… Sa première semaine d’antenne fut un vrai festival. La deuxième offrit quelques répits. On attend les suivantes avec impatience.

On n’imagine pas que Denis Olivennes ait embauché une telle signature au doigt mouillé ; c’est en connaissance de cause qu’il a préféré Natacha Polony à Audrey Pulvar (qui avait postulé). Libre à lui, évidemment (mais on sent qu’elle le regrette). En quête d’auditeurs, la station cherche peut-être les sensations fortes (bien sûr, c’est pas par envie de pluralisme, c’est juste une combine de looser qui veut remonter la pente) ; ou, au lendemain d’une alternance politique, un marqueur puissant de son indépendance. Deux critères réunis en une seule personne, jeune, brillante, pas encore essorée par la grande lessive médiatique. Charmante, Polony n’a pas à se forcer pour avoir de l’humour, faire de l’esprit. C’est comme ça qu’en une petite année elle est passée du statut d’inconnue assise à côté de Pulvar sur France 2 à chef de file, comme Ivan Rioufol ou Elisabeth Lévy, de la pensée conservatrice, voire néoréac, libérée par les années Sarkozy. On exagère ? En mars, elle avouait à Eric Zemmour, les yeux noyés d’admiration (là l’article vire au n’importe quoi ): « On a à peu près 90 à 95 % d’analyses qui sont les mêmes. »« On veut des points de vue, pas des partis pris », clame Europe 1 dans son argumentaire de rentrée. A l’exception de ceux de Natacha Polony ?

Quand je disais que cet article était magnifique, n’avais-je pas raison ? Il se finit en apothéose ; je le reformule, car c’est trop beau « Polony a des partis pris et pas des points de vue ». Sublime. Parce qu’elle est « de droite ». Et « de droite », rappelons-le, c’est ici être chevènementiste. Et si elle avait milité à l’UMP ? Et si elle avait eu sa carte du FN ? On n’ose imaginer…

Par ailleurs, mais j’ai peut-être tort, n’écoutant pas toujours la radio avec assez d’attention le matin, mais si j’ai souvent entendu dans les journaux cités L’Humanité ou Charlie hebdo, je n’ai pas le souvenir d’avoir entendu citer Minute ou de Présent. Je ne lis aucun des quatre, mais si on veut du pluralisme, il me semble que c’est ce qu’il faudrait réclamer. Il faut toutefois reconnaître ce mérite à l’auteur de cet article, elle se garde bien de réclamer du pluralisme, celui présent sur France Inter depuis le départ d’Ivan Levaï devant lui suffire.

Publicités

11 réflexions au sujet de « Décryptage d’un article de Télérama, ou comment le pluralisme ne se conçoit que de l’extrême gauche à la gauche. »

  1. « …la pensée conservatrice, voire néoréac, libérée par les années Sarkozy…. »
    La première, à la rigueur, on peut comprendre ( conservateur est un mot qui commence mal, affirmait Maulnier Thierry ), mais la seconde? je vois pas.
    Il y a un excellent dictionnaire de la novlangue sur le site polémia, que je vous recommande, ainsi que ce site l’Abécédaire raisonné du néocrétinisme, présent sur le Pélicastre..
    Chaque jour qui s’écoule nous apporte son lot de fumisterie.
    Excellent, votre article. 🙂

    • Merci, oui, le dico de novlangue est en effet un très bon dictionnaire affreusement réaliste. Par contre, je ne connais pas « l’abécédaire raisonné », j’irai voir ça ce soir.

    • C’est bien réac de rester à la dix alors que la onze existe 😉
      Et je profite de ce message pour préciser à tous visiteurs du blog que je ne bite rien à WordPress et sollicite leur aide pour désactiver cette p… de modération !

      • Très facile ça. Vous allez dans réglages, puis dans discussions et vous cochez ou décochez les cases que vous voulez ou pas.

  2. Accessoirement, celle qu’on présente comme une ignoble fachisante n’est qu’un membre des hordes d’ex-chevènementistes qui se promènent partout maintenant…

  3. Je n’ai jamais lu ni acheté Télérama, ni consulté le site en ligne; grace à la lecture de votre article je me félicite de mon choix et vais persévérer dans ce sens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s