La Pravda a encore frappé

L’organe de la Vérité

L’édito du Monde de ce jour, intitulé « Tourner la page du sarkozysme » est d’une telle intelligence et d’une telle lucidité sur le réel que j’ai retrouvé l’envie, qui m’assaillait lorsque j’étais étudiant et plus ou moins obligé de lire la Pravda française, d’envoyer les rédacteurs apprendre la vie dans les mines d’uranium de Sibérie septentrionale.

Parmi les perles du jour, donc :

– « les dirigeants de la droite ne parviennent pas à conjuguer leur éthique et leurs ambitions personnelles » : ah bon, ils ont une éthique autre que leur ambition ?

– « Ainsi, Jean-François Copé, qui inventa le drame des enfants se faisant voler leur pain au chocolat pour ne pas avoir observé le jeûne du ramadan » : remarque plus que péremptoire pour un journal qui (comme tous les autres), s’est bien gardé de faire un reportage en zone occupée pour voir la pression exercée par les musulmans sur les non musulmans/ non pratiquants en période de ramadan.

– « Nicolas Sarkozy n’est pas le grand gagnant de cette guerre fratricide. Il en est la cause.  » Sarko, décidément chargé de tous les péchés du monde, je me demande si la déforestation amazonienne c’est pas un peu sa faute ? Sérieusement, comment peut-on avoir une vraie réflexion quand on refuse de voir la cause première ? La cause principale de la disparition de l’empire carolingien c’est Charlemagne ou les mésententes entre ses descendants ? La cause principale de la mort des harkis, c’est les gens qui les ont abandonnés ou les gens qui sont allés les massacrer méthodiquement ?

– « Nicolas Sarkozy a franchi, lors de sa campagne présidentielle pour 2012, les bornes de la droite fréquentable. » :. A noter que Sarkozy n’a même pas parlé de pain au chocolat au cours de cette campagne. Je pense que ce qui le rend infréquentable (car rien n’est précisé dans l’article) c’est d’avoir prononcé (en plus sans y croire !), le gros mot malfaisant et nauséabond de « frontières » à plusieurs reprises.

Je ne m’habituerai jamais à cette bonne conscience écœurante de celui qui sait où sont les bornes du « fréquentable ». Mais j’ai grandi, je n’ai plus envie d’envoyer ces père la morale en Sibérie. Enfin, du moins pas tout de suite. D’abord, je les enverrai, avec leur famille bien blanche, tâter de l’insécurité culturelle pendant six mois à Clichy sous Bois .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s