l’Histoire radote t’elle ?

« Des Etats  généraux , réunis pour dire oui ou non pouvaient bien dénombrer leurs membres par centaines. Une Chambre gouvernante  se voue au chaos dès qu’elle accepte d’être une foule. et c’est d’ailleurs un problème de savoir si une Chambre, faite pour sanctionner et contrôler, peut gouverner. Notre machinerie de partis exhalait un parfum moisi  de petit café  ou d’obscurs bureaux d’affaires. (..) Prisonniers des dogmes qu’ils savaient périmés, de programmes qu’ils avaient renoncé à réaliser, les grands partis unissaient fallacieusement des hommes qui sur les grands problèmes du moment s’étaient formés les opinions les plus opposées. Ils servaient implicitement de tremplin aux habiles qui se chassaient l’un l’autre du pinacle »

Marc Bloch. L’etrange défaite. 1940

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s