Le temps du départ

L’école centrale de Lyon a mené une étude sur ses anciens élèves dont on peut lire le résumé dans cet article d’un blog du Monde.

Voici l’extrait qui m’a frappé : Enfin, il est intéressant de noter que, quelle que soit la promotion dont ils sont issus, la moitié des diplômés interrogés a eu une expérience professionnelle à l’étranger au cours de leur carrière. Mais, lorsqu’on leur demande s’ils travaillent actuellement dans un autre pays que la France, 16 % de la promotion 1991 répondent oui, contre 27 % pour la promotion 2001.

27% ! Oui, plus du quart d’une véritable élite intellectuelle, du type de celle qui a permis la Tour Eiffel ou le TGV qui ne travaille plus dans son pays/pour son pays. Je ne leur en veux pas. Je les comprends. Voire je les envie. Mais je trouve ça plus qu’inquiétant. Un chiffre qui confirme ce que je disais ici sur l’expatriation qui se transforme en émigration.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s