Pour finir en beauté…

Ce blog est fini. Je ne dis pas adieu à la blogosphère et je sais que je referai un blog, un jour, mais sous un format différent et quand j’aurai la certitude de pouvoir l’alimenter régulièrement. Je ne pensais même plus écrire mais une idée m’est venue par hasard, sur mon scooter, j’étais je crois en train de penser à l’article du Monde que je venais de lire sur le parcours du converti d’origine portugaise de Champigny-sur Marne. Et il m’est apparu une idée qui, dans sa simplicité, m’a paru géniale. Voici donc la première loi que j’édicterai quand je serai devenu dictateur de France.

Moi, Umadrab, régnant sur la France par la Grâce de Dieu et l’abrutissement des anciens dirigeants du pays, proclame la loi suivante :

Préambule :
Considérant que depuis sa création l’Islam, religion dite de « paix et d’amour », a apporté des conflits dans tous les pays dans lesquels elle s’est introduite, et que ce phénomène va en s’amplifiant ;
Considérant qu’il n’est pas de terre sur laquelle l’introduction de la religion musulmane ait amené plus de bonheur et de prospérité, que bien au contraire celle-ci n’a amené en règle générale qu’une régression du droit des gens et un accroissement de la misère et des querelles ;
Considérant qu’aucune nation gouvernée par les principes de la religion musulmane ne traite à égalité les citoyens d’autres confessions ;
Considérant que les principes de la religion musulmane conduisent toujours à appliquer des droits inférieurs aux femmes ;
Considérant que les règles alimentaires musulmanes conduisent à maltraiter les animaux par une mise à mort particulièrement cruelle ;
Considérant que l’Islam est une religion prosélyte qui cherche sans cesse à imposer sa loi et ses interdits à tout le genre humain et que les nouveaux convertis en sont souvent les plus cruels défenseurs ;
Considérant que la France, du temps où elle figurait comme l’une des plus grandes nations au monde, ne comptait aucun musulman, qu’en conséquence la foi musulmane n’est en rien nécessaire à la grandeur du pays ;
Considérant que les adeptes de la religion musulmane, minoritaires sur le territoire, sont majoritaires dans les prisons, qu’en conséquence cette religion n’est en rien un frein aux mauvais comportements ;
Considérant qu’en raison de tout ce qui précède, un monde sans Islam serait un monde dans lequel le sang coulerait moins et où les gens seraient moins malheureux ;

Déclare :
Art 1 : La religion musulmane est interdite sur tout le territoire français.

Art 2 : Toute manifestation publique de foi musulmane sera punie des peines prévues à l’article 5.

Art 3 : Seront notamment considérés comme manifestations de foi musulmane les comportements suivants :
– porter des habits traditionnels de pays islamiques tels que djellaba, niqab, etc ;
– afficher d’une façon ou d’une autre, sur soi-même ou sur un objet meuble ou immeuble des phrases se rapportant au Coran ou aux autres textes de foi musulmane ;
– prononcer des paroles rituelles ;
– faire la propagande de la religion musulmane sous quelle que forme que ce soit ;
– faire la prière musulmane ;
– préparer, livrer ou servir de la nourriture hallal.

Art 4 : Tous les lieux de culte musulman seront détruits ou rendus à une autre destination.

Art 5 : En cas de première infraction à cette loi, la peine sera une amende de 1 000 euros.
En cas de récidive, la peine sera une amende de 10 000 euros. Cette peine sera assortie d’une expulsion immédiate du territoire pour les auteurs de nationalité étrangère.
En cas de seconde récidive, les peines seront les suivantes :
– une amende de 20 000 euros ;
– une peine de prison incompressible de trois ans ferme. Cette peine sera automatiquement commuée en déchéance de nationalité assortie d’une mesure d’expulsion immédiate du territoire pour les auteurs français bénéficiant d’une autre nationalité.

A côté de ce que vivent actuellement les non musulmans en terre d’Islam, ça me semble tout à fait raisonnable et modéré.

Publicité

La gauche me fait rire …. parfois

Extrait d’un article sur la manifestation qui a eu lieu samedi à Strasbourg contre la création d’une grande région englobant Alsace, Lorraine et Champagne-Ardennes :

« De son côté, la gauche alsacienne, qui continue de plaider pour une union avec la seule Lorraine, a dénoncé une manifestation partisane. « 

Pouf, pouf. La gauche ne fait jamais, elle, de manifestations partisanes ! Pour être exact je pense que dans leur tête, comme ils sont le camp du Bien et de la Vérité, ils considèrent leurs manifestations comme une expression de la Révélation, avec laquelle on ne peut être que d’accord car elle est Vraie, aussi vraie que le fait que l’eau mouille.

« La gauche alsacienne s’inquiète également d’une montée d’un sentiment identitaire : car la manifestation est aussi soutenue par le FN, le mouvement d’extrême droite « Alsace d’abord » et le parti régionaliste « Unser Land » (Notre pays), qui ont annoncé leur présence. »

Nom de Dieu, mais c’est horrible ! Un sentiment identitaire, et qui monte, en plus, le vilain ! C’est vraiment marrant comme l’identité est un thème très important dans la pensée de gauche. Chaque fois qu’un article d’un journal de gauche fait la biographie de quelqu’un qui a des racines « pas de souche », on en fait des tonnes et on exalte cette personne qui a su préserver sa double identité franco-marocaine ou franco-malienne ou américaine ou bref, mais un Alsacien qui veut défendre son identité c’est tout à coup suspect. Étrange… Certaines identités seraient-elles plus importantes que d’autres ?

Être une heure, une heure seulement, jeune, jeune, socialo et con à la fois.

Merci Koltchak, les pastiches sont très drôles !
Leur bouillie mentale est impressionnante et montre que le mot égalité est devenu un mantra totalement déconnecté du sens initial. Il est bien connu que les « égaux » ne se frappent pas entre eux, toutes les querelles entre hommes ne sont qu une illusion, que les égaux ne se violent pas, et les viols masculins n existent ainsi pas du tout… Bref, on en revient toujours au rapport au réel.

Ne pas nommer

Jamais, ne pas dire le mot. Ne pas dire la vérité. Ne pas décrire la réalité.

On égorge un type au nom de l’Islam. C’est clair, indéniable, irréfutable, la revendication est d’une limpidité totale mais nos « autorités » n’osent plus prononcer un seul mot qui entre dans le champ lexical de cette religion, cf discours de Mollande à l’ONU.

Voici l’article du Point sur le sujet : François Hollande : « Hervé Gourdel est mort parce qu’il était français »

Non, M. Hollande, il n’est pas mort parce qu’il était français, il y a des millions de personnes possédant des papiers français tout ce qu’il y a de plus authentiques qui peuvent se balader dans les montagnes algériennes sans danger d’être égorgés. Non, M. Gourdel est mort parce qu’il n’était pas musulman. C’est peut-être un peu différent, non ?

Quel degré inouï d’aveuglement volontaire et de lâcheté devant l’ennemi ! Bon petit dhimmi, M. Hollande croit qu’ainsi il ne sera pas égorgé par les Muzz, voire réélu par eux… Je lui conseillerai de se méfier, les fanatiques finissent toujours par se nourrir du sang de leurs supporters naïfs des débuts, de la Révolution française à l’URSS.

 

 

 

Sarko, c’est trop !

Sarko est revenu et beaucoup de gens en ont parlé, dont des blogueurs que j’apprécie particulièrement : H16, Koltchak et Corto. Seul ce dernier essaie de se réjouir de ce retour et le considère comme le moindre mal. Non, Corto, ne te fais pas avoir une deuxième fois ! Koltchak a mieux décrit que je ne saurais le faire les pitoyables « convictions » de l’ex-président et H16 les désastreuses mesures économiques prises par icelui.

Effectivement, son quinquennat fut, en toute objectivité, sur les plans culturels et économiques, un désastre. Et ceux qui croient qu’il a changé s’illusionnent totalement. Je l’ai regardé dix minutes au journal de France 2, il donnait l’impression de jouer un rôle, il était tout sauf naturel, sauf peut-être en parlant de ses affaires judiciaires. On voit toujours ses tics, son langage un peu bizarre et indigne d’un homme d’État « Est-ce que vous me prêtez deux neurones dans ma tête ? » Un type qui a toujours l’intérêt de la France très éloigné de lui  – ou le mensonge chevillé au corps avec son « j’espère que François Hollande finira son mandat ». Un type de la plus totale mauvaise foi quand il parle de Macron qui traiterait les ouvriers d’analphabètes, il y a assez à dire sur le gouvernement actuel sans chercher des pétards mouillés, de ces petites phrases jugées politiquement incorrectes qui font tant de mal à la pensée et à la France

Mais ce qui est curieux, c’est que je me suis trouvé au bout de cinq minutes à me dire qu’il serait tout de même beaucoup mieux au poste de président que l’endive molle, mouillée et à lunettes qui occupe l’Élysée tant cette dernière manque de charisme et n’arrive même pas à faire illusion le temps d’une question. Mais bon, pour 2017, entre un étron rebondissant et un étron mou, je n’ai pas envie de choisir, sauf à ce qu’il n’y ait aucune autre alternative. Alors même si Dupont-Aignant a le charisme d’une huître cuite et aucune chance de gagner, tant pis, je voterais pour lui, au moins j’aurais voté pour quelqu’un qui – on peut toujours se tromper sur les êtres humains – a des convictions pas trop éloignées des miennes.

Mais je crois que je vais plutôt m’exiler dans une cabane au bord du lac du Baïkal, faute de mitrailleuse lourde à ma disposition pour exploser tous les nuisibles de ce pays.

 

Merci pour ce moment, Thomas Thevenoud !

Oui, merci vraiment d’avoir égayé mon petit-déjeuner et ma douche, où je me suis repassé vos paroles délicieuses en tête en rigolant à chaque fois : si vous n’avez payé ni impôts ni loyer pendant trois ans, c’est à cause d’une « phobie administrative ». Non seulement ça vous rapproche du Français moyen, mais ça rejoint mon type d’humour favori, l’humour de l’absurde. Un socialiste phobique de l’administration, c’est un peu comme un militant de SOS Racisme n’aimant pas les noirs et arabes, un philatéliste ne supportant pas la vue d’un timbre ou un homo ne couchant qu’avec des femmes, bref, c’est un contresens complet. Et vous le dites sérieusement, et vous vous en faites une excuse ! Non, vraiment, c’est magnifique, j’espère que la scène politique française voudra de vous encore longtemps !

La Nouvelle France industrielle

Dans l’agenda de Moi Président du mardi 9 septembre 2014 il y a prévu, à 10h00, un truc appelé  « La Nouvelle France industrielle ».

Je vais lui faire gagner du temps, voilà ce qu’une politique socialiste (35H, SMIC, quasi-interdiction de licencier, etc) associée à une ouverture totale des frontières dans un monde capitaliste et libéral va faire de la France industrielle :

5695003photo prise sur Mars, planète riante jusqu’à l’arrivée au pouvoir du président  Frncs Hllds en – 2012 avant Jupiter

Rions un peu avec Hollande

UgEDWStRire avec Hollande, je sais ça semble dur mais c’est soit ça soit changer de nationalité (les Russes et les Américains se marrent bien devant l’affaire du BPC qu’on vend.. ou pas), soit se suicider. La nature m’ayant doté d’un bon moral, je préfère la première solution et voici deux blagues que j’ai pu trouver sur ce douteux personnage :

 

Exaspéré de s’être fait tremper lors de plusieurs cérémonies récentes, F. Hollande demande à Dieu : Mais pourquoi ?

Réponse: « C’est simple, tant que tu continueras à foutre la merde partout je continuerai à tirer la chasse »

 

Hollande, qui n’en peut plus des mauvaises nouvelles qui n’arrêtent jamais se décide à consulter une voyante pour connaître son avenir, se disant que de toute façon ça ne peut pas être pire.
Madame Irma se met au travail et commence à regarder dans sa boule de cristal :
– « Ah, ça y est, je vous vois, vous êtes sous un grand soleil radieux, il n’y a pas un nuage à l’horizon, vous êtes sur les Champs-Elysées, vous les descendez dans une longue voiture de couleur sombre,  la police qui ouvre le convoi a du mal à se frayer un chemin. Il y a une foule immense, mais pas dangereuse. Elle est euphorique,elle s’embrasse, elle chante un avenir meilleur ».
Hollande, dont le sourire d’idiot du village est allé en s’élargissant, jubile et lui demande :
– « Et moi, je réagis comment à tout cela ? »
…La voyante répond :
– « Ah, mais ça je ne le vois pas… le cercueil est fermé  »

 

 

La merde Hollande

Petites réflexions toute personnelles sur une honte nationale.

– Ce type va rentrer dans les livres d’histoire. ça me fait mal au cul mais c’est indéniable. Comme Louis XVI, comme le général Boulanger, comme le général Gamelin, comme le symbole de la nullité la plus crasse et de la fin d’une époque.

– J’ai jamais été à la mode. La mode est au Hollande bashing. Je suis à la mode. Cool, merci présiflan.

–  Il croit qu’il montre son courage et sa détermination en se tapant les cérémonies sous la pluie. Il ne montre que sa bêtise communicationnelle et, bien plus grave, son manque d’humilité. Croire qu’on est plus fort que les éléments est d’une arrogance qui confine à la connerie absolue. Sans doute n’est-il jamais allé seul en mer ou en montagne.

– Quand on s’acoquine avec une nana qui a la gueule de Trierweiler, faut pas s’étonner d’avoir des emmerdes après. ça saute aux yeux que c’est une aigrie, et une méchante en plus, ça sautait aux yeux en 2012.

– Chaque fois qu’il y a une merde pour le gouvernement Hollande, on sort une nouvelle affaire Sarkozy. Celle sortie hier est encore plus tarabiscotée que d’habitude (si j’ai bien compris, il a pris un avion privé d’une compagnie qui est soupçonnée d’avoir transporté de la drogue, complice de trafic ?). D’un côté, on peut croire à un complot, ça tombe toujours très bien c’est vrai. Mais de l’autre, il faut bien reconnaître que trouver une journée où le gouvernement de la France ne fait pas une merde c’est dur. Tiens, sans réfléchir et en écriture automatique : jours Léonarda, jours chiffres du chômage, jours ministre ou sous-ministre ou conseiller malhonnête, jour où on annule une vente à trois milliards, jour, où on supprime les bourses au mérite, jour où fait de la théorie du genre, jours où y’a un « couac » gouvernemental, jour où …, etc, c’est épuisant, je m’arrête là je dois travailler demain.

–  Christophe Barbier vient de dire dans « C dans l’air », avec son assurance habituelle que oui, bien sûr, Hollande peut finir son mandat, les institutions sont solides… Tiens, j’ai comme un espoir d’un coup, Barbier est tellement représentatif de cette élite parisienne confite de certitudes et qui ne franchit jamais le périph’ si ce n’est pour des lieux de villégiature.

– Alors comment ça va finir ? Moi, je serais lui, je démissionnerais et j’irais me faire moine jusqu’à la fin de mes jours, méditer sur mes ambitions et mes erreurs, et essayer de comprendre ce qui a merdé. Je serais lui et japonais, un petit seppuku des familles s’imposerait. Mais ce gros patapouf socialiste n’a pas plus d’honneur que son sous-ministre qui a fait partie de la commission d’enquête sur Cahuzac et oublie de déclarer ses impôts depuis des années. Alors comment le faire dégager ? Je suis sûr qu’il ne faut pas grand chose. Il est veule et pusillanime, il suffirait sans doute de quelques manifs et, surtout, de signes de mécontentement/désobéissance des forces mobiles. Il n’attendrait pas comme Louis XVI le dernier moment pour fuir.

Le nivellement par le bas

Interview parue dans le Figaro :

Jacques Myard est député UMP des Yvelines.


FigaroVox: Interrogée ce matin sur France Inter, Najat Vallaud-Belkacem a confirmé la disparition des bourses au mérite. Que vous inspire cette suppression?

Jacques MYARD: C’est l’illustration parfaite d’idéologie de l’égalitarisme qui tire toute société vers le bas. Une société qui refuse de reconnaitre le mérite, ne serait-ce qu’avec des bourses au mérite, au demeurant données à des élèves dont la famille est en situation difficile, pour redistribuer les crédits de manière totalement égalitaire fait une faute stratégique de développement. Une société qui méprise le mérite et ses élites est une société en voie d’implosion.

Pourquoi cela?

Une société a besoin d’individus, d’élèves qui, à travers leur mérite personnel, tirent toute la société, et ce n’est pas faire insulte au principe d’égalité, qui n’a rien à voir avec l’égalitarisme gauchiste et idéologique de Najat Vallaud- Belkacem. Ce n’est pas pour rien que toutes les sociétés qui ont réussi ont toujours reconnu le mérite. Je rappelle que Frédéric II de Prusse avait institué un ordre qui s’intitulait «Pour le mérite». On assiste aujourd’hui à une volonté d’égalitarisme qui tire tout le monde vers le bas. Ça n’a rien à voir avec l’égalité républicaine. L’égalité c’est de donner effectivement une chance, notamment aux élèves dont le travail, dont l’engagement méritent qu’ils soient reconnus comme tels par la société. C’est un moteur psychologique non seulement pour ceux qui en bénéficient, mais pour l’ensemble de la société, car elle a besoin d’exemples qui réussissent et qui tracent la voie pour les suivants.

Le choix des critères sociaux, pour attribuer les prochaines bourses, plutôt que les résultats scolaires est-il la preuve d’un basculement vers la discrimination positive à l’anglo-saxonne?

Aujourd’hui, ce n’est même pas la discrimination positive, mais simplement la volonté de nivellement. Au demeurant, les bourses au mérite n’étaient pas attribuées au fils ou à la fille du PDG qui réussissait, mais justement à des gens dont les familles étaient dans le besoin et dont les enfants montraient des aptitudes qu’il convient d’encourager.

On assiste, avec Najat Vallaud-Belkacem, à une sorte de racisme anti-élite. Cette haine de tous, on l’a déjà vue avec les Peillon et compagnies quand ils ont eu le projet de supprimer les classes préparatoires et les Grandes écoles. C’est toujours le même discours, la même politique: le nivellement et le ratage pour tous.

Comment expliquer que les socialistes s’en prennent à ce moyen qui permettait de donner leur chance aux plus défavorisés?

En réalité, aujourd’hui, la gauche idéologique est devenue sectaire. Elle hait tout ce qui peut sortir du rang, et elle préfère couler tout le monde que de permettre à quelques-uns de réussir. Le meilleur moyen pour effectivement faire réussir tout le monde, c’est de montrer en exemple des élèves qui, issus de milieux «défavorisés», s’en sortent, et qui ont besoin d’un coup de pouce supplémentaire pour vraiment réussir, et soient, par leur succès, une raison d’espérer pour les classes et générations suivantes.

Le nivellement que nous proposent les socialistes, c’est véritablement l’échec même de la marche du monde, et c’est ce qu’ils souhaitent en définitive pour avoir dans l’école encore plus d’échecs. Je ne dirais pas qu’ils vont ainsi recruter leurs prochains électeurs, mais je n’en suis pas loin…

Est-on en train de transformer en profondeur le principe même de l’école républicaine?

L’école républicaine a toujours été un lieu où l’on note, où l’on passe examens et concours, qu’on le veuille ou non. Il ne s’agit pas de sélectionner les meilleurs, mais de permettre aux meilleurs de s’en sortir et d’être des exemples pour les autres. Je suis fils d’ouvrier artisan, et j’ai passé des concours que j’ai réussis. Dans le système de Najat Vallaud- Belkacem, je ne suis absolument pas certain que j’aurais pu gravir l’échelle sociale.

L’école républicaine, c’est parce qu’on avance, travaille, et mérite effectivement par son engagement de monter dans l’échelle sociale. Madame Vallaud-Belkacem lui tourne le dos.