Samedi 25 juillet 1914, les derniers beaux jours

Le monde d’avant va bientôt s’achever. Au point de vue de la technique, on est déjà dans notre monde. Il y a eu des perfectionnements depuis cent ans mais toutes les possibilités sont déjà là (même la version primitive de la Go Pro, cf plus bas !). L’abolition du temps et des distances : l’avion, le TGV, les communications instantanées d’un bout à l’autre de la planète. La société de loisirs : spectacles et sports. Pour tout ce qui concerne la vie quotidienne, je me sentirais presque chez moi en 1914 à condition de faire partie des citadins. Mais en ce qui concerne l’état d’esprit et les mentalités, quelle différence mon Dieu !!! Si, de leur tombe, ils nous voyaient et nous entendaient, nos pauvres ancêtres se croiraient tombés dans un asile de fous dépressifs. Allez, place à l’avant-dernier numéro d’avant la Chute.

A l’époque, on ne crache pas sur l’ours russe sous prétexte qu’il n’est peut-être pas totalement favorable aux droits des invertis. On aurait peut-être dû, d’ailleurs, cela nous eût épargné la guerre.

IMG_2852

L’affaire Caillaux connait ses suites judiciaires :

IMG_2853 IMG_2854Ah, les gendarmes avaient des moustaches de compétition à l’époque !

Sinon c’est encore la guerre au Mexique :

IMG_2855Et encore du sport, avec des commentaires superbement chauvins (non reproduits, je ne voudrais pas faire trop de chagrin à des lecteurs de gauche qui s’égareraient ici) :

IMG_2856Et, comme promis, les images prises avec la caméra Go Pro de 1914 (et en-dessous l’appareillage ayant permis la prise de vue) :IMG_2857 IMG_2858Avis aux lecteurs : j’aimerais savoir quelle était la signification du mot « squatter » dans l’extrait de l’article ci-dessous :

IMG_2859

Déjà des anti-corridas

IMG_2860

Et enfin un peu de science :

IMG_2861

 

Samedi 18 juillet 1914 : Hansi, les trains et le Louvre

IMG_28459 mois de prison pour avoir comparé un singe à Taubira (je ne plaisante même pas, un animal doué d’un minimum de conscience tel que le chimpanzé n’a pas à être comparé à une s… qui n’a d’yeux que pour ce qui peut nuire à ce qui n’est pas son pays) un an pour avoir caricaturé des Allemands en Alsace…

IMG_2846

Plusieurs pages d’un article très bien fait et qui nous apprend tout sur la signalisation ferroviaire (ah, bien sûr, faut être intéressé !). La très belle photo de nuit de la gare de Noisy le Sec pourrait sans doute être prise aujourd’hui. D’ailleurs, on soupçonne que certains aiguillages datent encore de 1914

IMG_2848 IMG_2849

IMG_2850Et un de ces petits articles que j’adore, le charme du dépaysement temporel :

IMG_2851

Samedi 27 juin 1914, journées tragiques en Albanie (et en Italie)

IMG_2802IMG_2803IMG_2804

Des explications fort détaillées sur l’accident de la semaine précédente. J’aimerais bien que nos magazines actuels fassent des articles si détaillés et factuels. Et sans chercher à incriminer Poincaré ou le général Boulanger.

IMG_2805

En 1914, même la Perse c’était mieux ! On ne parlait pas d’Iran ni de gardiens de la foi ni d’usines atomiques…. snif

IMG_2807 IMG_2806

Et sinon, un phénomène scientifique qui n’a pas été développé, et c’est bien dommage, j’aime bien cette idée d’hibernation.

IMG_2808

14 février 1914 . Certaines choses ne changent pas

Chambre des députésCet absentéisme (le mot n’existe pas encore) énerve l’Illustration en raison de l’importance de la question traitée. Je cite le meilleur passage de l’article, du moins le plus exotique à nos yeux de coupables perpétuels : « Des symptômes assez inquiétants, des campagnes de presse passionnées ont clairement montré que les règlements actuels avaient profondément besoin d’être modifiés pour satisfaire, enfin, à notre idéal de justice, et réaliser les espérances que notre bon renom a entretenues chez nos sujets musulmans » en parlant de l’indigénat, c’est-à-dire, du « régime des Arabes qui vivent sous notre loi« . La discrimination positive tant souhaitée par certains ne serait-elle pas, à cette aune, une nouvelle forme d’indigénat ?

Sinon, l’armée française n’a pas toujours été en retard d’une guerre, comme en attestent ces essais qui auront sans doute évité quelques tentatives hasardeuses quelques mois plus tard :

mitrailleuse avion

7 février 1914, Paul Déroulède est mort

DSCF2691Qui se souvient encore de Paul Déroulède ? Il eut pourtant, l’Illustration en atteste, des funérailles grandioses. Se serait-il contenté d’être plutôt dreyfusard, anticolonialiste forcené et de prôner des réformes constitutionnelles dans l’esprit de la Vème République qu’ il aurait pu garder sa place au panthéon des grands hommes de France. Las, le bougre était aussi l’incarnation du patriotisme et de l’amour de la terre natale, avec des textes enseignés dans les écoles (!). Cela n’est pas pardonnable. Aucun article, du moins recensé sur internet, pour parler du centenaire de sa mort. L’une des personnes à qui le déclenchement de la Grande guerre aurait fait le plus plaisir ne l’aura donc pas vue. Cette guerre, justement, qui par ses horreurs a discrédité cet homme courageux, idéologue peut-être, mais idéologue ayant expérimenté la pratique puisqu’il avait combattu en première ligne en 1870 et avait par la suite fait deux duels, dont l’un contre Jaurès. Juste pour rire, quelqu’un imagine-t-il Mollande tenant un pistolet dans une de ses petites mains potelées ?

DSCF2692Sinon, l’Illustration consacre un très long article, extrêmement fouillé et bien iconographié à une « secte » du Sud tchadien, les Senoussi.

Paris a consommé 76,4 millions de kilowatts-heure en 1912, un quasi doublement depuis 1907. Je n’ai pas réussi à trouver le chiffre actuel de consommation malgré les ressources d’internet.

Je ne finirai pas sans un article particulièrement nauséabond, sur l’inauguration du tramway électrique de Constantinople :

DSCF2696

1914 – 2014

Je sais, j’avais dit que j’arrêtais, mais écrire se révèle être une drogue. Douce.

Je recommence donc, mais différemment. J’essaierai (j’ai utilisé le verbe essayer) de ne pas trop parler d’actualité. Mon but sera d’en parler en creux. Pour être plus clair, j’ai acheté il y a quelques années l’intégrale, reliée en deux tomes, des numéros de l’Illustration de 1914 dont je me suis réservé la lecture pour cette année. Les pages de cet hebdomadaire ne sont malheureusement pas scanables en raison de leur grande taille (je pencherai pour du A3, je ne sais pas si ce format existait à l’époque).

en fait mes tomes à moi sont rouges

en fait mes tomes à moi sont rouges

Chaque fin de semaine, je m’efforcerai donc de choisir de parler/reproduire sur ce blogue ce qui m’a frappé dans l’édition d’il y a exactement cent ans.

Numéro du samedi 3 janvier 1914. Prix : un Franc

Couverture : dessin d’une scène de l’opéra Parsifal

On y parle de la neige tombée à Paris trois jours après Noël, et des râleries des Parisiens devant la lenteur du déblaiement.

C’est la rubrique « Ce qu’il faut voir » qui m’a marqué le plus. .

En effet, la société nationale d’encouragement à la natation avait organisé, pour la huitième fois, une course de natation dans la Seine, près du pont Alexandre III. Il fallait payer pour être aux meilleures places (de 50 centimes à 2 francs) sur la berge, au moment de la sortie de l’eau des nageurs, une petite dizaine, qui avaient eu à parcourir 150 mètres et à ramener un mannequin avec eux. L’eau de la Seine était à 4°…. A la sortie  » le peloton des hommes mouillés a pris sa course vers le refuge improvisé (un dépôt de pavés en bois situé sous le pont) où deux braseros sont allumés et que des bâches accrochées protègent tant bien que mal contre les courants d’air de décembre. Et cela, vraiment, est un spectacle inoubliable […] Ce spectacle a lieu le jour de Noël, tous les ans. Notez cette date sur votre agenda. Douze mois seront bien vite passés. »

Oui, bien vite passés…

On a depuis cessé d’encourager la natation par de telles manifestations, la guerre de 14 n’a donc pas eu que des effets négatifs.

De natura rerum

Il est désormais courant d’entendre, à chaque acte  violent commis au nom de l’Islam, que le responsable (mais est il véritablement coupable , demande son avocat ??)  n’est pas un « vrai musulman » .

Le Jihad armé, les tueries ne sont pas d’Islam, nous dit on ce qui exonère tous les premiers califes Omeyades puis Abbasides d’être de cette foi  dite « pure, non violente et désintéressée« . A se demander même si le Prophète en était puisqu’il reprit la Mecque par la force.

Cela revient aussi  à prétendre   que Simon de Montfort, le Duc de Guise ou Charles IX n’étaient pas d’authentiques catholiques mais des déviants qui furent la honte de l’Eglise. Saint Paul  (dénommé aussi le bras armé de l’Eglise) lui même ne serait pas chrétien , tout comme  Augustin qui prônait en son temps la guerre juste.

De natura rerum …

Taubiranerie

Affirmative

Et voilà, une fois de plus, ça devient une habitude, je suis perplexe. Sont-ils si bêtes ? Font-ils exprès ? Croient-ils, ne serait-ce qu’un tout petit peu aux conneries qu’ils racontent ? S’ils jouent aux échecs, est-ce qu’ils prévoient un coup en avance ? Ou, plus simple, s’ils font les courses dans leur supermarché et qu’ils voient un ensemble table et chaises de jardin en promotion réfléchissent-ils avant de l’acheter pour savoir si ça rentre dans la voiture ?

La mère Taubi a dit, textuellement, la chose suivante :

En outre-mer, il y a eu une confiscation des terres ce qui fait que, d’une façon générale, les descendants d’esclaves n’ont guère accès au foncier. Il faudrait donc envisager, sans ouvrir de guerre civile, des remembrements fonciers, des politiques foncières.

Pas un mot qui ne soit d’une stupidité sans nom, sans même rentrer dans la question de l’esclavage (sans lequel, au passage, elle serait certainement en train de chercher de l’eau au puits dans un trou du cul d’Afrique Noire dans un beau boubou au lieu de raconter des conneries au JDD).

Je répète : En outre-mer, il y a eu une confiscation des terres…. ben oui, faut croire que les esclaves étaient en outre-mer avant les colons et que ceux-ci les ont expropriés !!! Les indiens indigènes massacrés ne comptent pas, eux, non plus que les endroits qui étaient déserts (La Réunion par exemple).

Puis « les descendants d’esclaves n’ont guère accès au foncier »

1) J’ai une solution simple, ils ont qu’à gagner de l’argent et acheter toutes les terres qu’ils veulent, je ne pense pas que la législation française interdise à quiconque d’acheter du foncier

2) En supposant que 1) soit trop dur, c’est qui, les descendants d’esclaves ? Il faut être noir ? Mais si on est noir et qu’on vient d’une immigration récente ? Si on est noir et qu’on a un peu de sang blanc ? Combien de quartiers d’esclavitude faudra-t-il prouver ? Des tests génétiques seront-ils évitables ? Ne faudrait-il pas relire les œuvres des juristes allemands de la fin des années 30 qui ont étudié ce type de question avec une rigueur toute germanique et des résultats en rapport ? Bref, toute cette démarche, suggérée par un ministre de régalien de la république (oui, je sais, ça fait mal) ne se révèlerait-elle pas un tantinet raciste ?

Pour finir en beauté, Taubiranesse ne veut pas de « guerre civile »… faut-il la remercier de cette délicate attention ?

De manière plus générale, ces histoires de discrimination positive font beaucoup de mal, et en premier lieu à ceux que l’on prétend aider. Une de mes amies, dans la fonction publique sur laquelle Najat belles ratiches porte toute son attention et exige des quotas de femmes aux plus hauts postes, a eu récemment de la promo. Qu’ont dit certains de ses collègues, qu’elle le méritait ou qu’elle rentrait dans le quota ? Le sait-elle elle-même ? Au moins, autrefois, on disait qu’elle avait couché, mais on savait en général si c’était vrai ou pas, alors que là, on ne saura jamais. valorisant, non ?

La Bête

C’est fait, la bête immonde est de nouveau vaincue !

On pensa le travail achevé en 1945 après avoir rasé aux trois quarts l’Europe, mais il fallut se rendre à l’évidence, il restait encore quelques femmes qui avaient couché avec la bête immonde, et on les rasa également. Puis un beau procès. Puis tout ça se calma, les gens oublièrent, se concentrèrent sur la prospérité économique et la liberté sexuelle, les salopards. Tous ? Non, un groupe d’irréductibles Klarsfeld et autres se dit qu’il restait encore, de par le monde, quelques germes à tuer avant qu’ils ne meurent de vieillesse. Ce furent les glorieuses années 80. On apprit alors à se repentir chaque jour des fautes de nos ancêtres, entendus au sens collectif, nous étions tous dorénavant des descendants en droite lignée de Pétain et Darlan, et donc d’Hitler et d’Himmler. Puis, tout le monde étant dorénavant mort ou en décrépitude avancée, l’invocation des heures les plus sombres de notre histoire commençait à devenir une blague, même à gauche et puis.. mais non, ce n’était pas encore la fin de l’Histoire, le ventre de la Bête Immonde était encore là, prêt à engendrer, prêt à nous faire revivre les HLPSDN !!! OUI, l’immonde inspecteur Derrick, ou plutôt l’homme qui jouait l’inspecteur Derrick avait été simple soldat. A vingt ans ! En pleine guerre mondiale ! Et du côté allemand nazi !! Et pi un SS en plus, un sur 600 000 ! Et il ne s’en était pas vanté !!!

Bien sûr, les forces du Bien ont su réagir, vite et fort, et les petits vieux ne dormiront plus devant Derrick. Anne Frank et vingt millions de Soviétiques sont enfin vengés et peuvent enfin trouver le repos.

Cela dit, mais les forces du Bien doivent avoir la réponse, pourquoi ne supprime-t-on pas aussi les autoroutes et les voitures et la marque Volkswagen, et les croisières pour les pauvres ? C’est pas les nazis qui ont répandu tout ça ? (d’autant que fondamentalement aucune de ces trois suppressions ne me chagrinerait !)

brt

La Bête Immonde

Le pays où on a le droit de penser ce qu’on veut du passé

Dans l’ex-pays des Soviets dont je viens de revenir, j’ai remarqué, entre nombreuses chose remarquables (dans tous les sens du terme !), un rapport au passé non névrotique.

Les Russes assument leur passé, réellement, pas comme nous. Ils ont juste la petite dose de mauvaise foi qu’ont tous les peuples normaux, qu’avaient les Français autrefois, et qui consiste à mettre sous le boisseau les aspects les moins glorieux de leur histoire. Ainsi, je doute que les jeunes Russes soient au courant que leurs glorieux ancêtres de la Grande Guerre Patriotique, comme ils disent, aient eu cuisses ouvertes pendant un petit bout de temps chez les femmes, sœurs, mères et filles des soldats aryens. Si les Russes avaient le même système politico-médiatique que nous, ce serait repentance à tous les étages pour ces viols, et silence sur les 20 millions de morts soviétiques de la guerre. Oh, ils se reprocheraient peut-être également de ne pas avoir défendu assez vigoureusement les Juifs et les homosexuels, trop occupés égoïstement à chercher à survivre et à combattre juste pour leur terre natale. Bref, ces nationalistes de Russes voient plutôt le verre aux neuf dixième plein qu’au dixième vide.

Mais ce que j’ai trouvé de plus remarquable, c’est leur façon d’aborder leur histoire « intérieure », et bien sûr ces 70 ans de communisme à haute densité de répression.

Le très bien fait Musée d’Histoire Contemporaine en est l’illustration. Tout est totalement factuel. Il y a le Goulag, mais aussi « l’éducation gratuite et la disparition du chômage ». A contrario quel tollé chaque fois que quelqu’un s’est risqué à dire que certains aspects économiques du nazisme n’avaient peut-être pas été totalement négatifs !

Une petite anecdote. Collégien, déjà facho-réac sans le savoir, j’avais acheté une pleine plaquette de croix gammées décalcomanies. Pourquoi, alors que je n’étais pas plus néo-nazi que maintenant ? Tout simplement pour que les maquettes d’engins de la seconde guerre mondiale que je faisais soient ressemblantes. Et j’appris alors ce qu’était la stupidité mémorielle : en Allemagne, en RFA encore (oui, le monde d’avant, je sais), les croix gammées étaient interdites ! Du coup, dans les boîtes de maquette rien du tout pour orner les flancs de chars et les empennages…

Staline a fait plus de mal à sa population qu’Hitler, volontairement du moins,  et ça n’empêche pas d’acheter ce type de ticheurtes à tous les coins de rue de la « Troisième Rome » :

4A l’inverse, on a aussi ce musée-là, le musée du Goulag :

Musée_du_Goulag_Mosou_entrée_2

Et dans les librairies, on trouve des livres à sa gloire et d’autres à sa honte. un peu comme si à la Fnac on trouvait à la fois des hagiographies et anti-hagiographies de Pétain.  Incroyable, non ?