La prison, école du crime

Traduction : A la prison, ce midi, c’est macaroni

« La prison est toujours l’école du crime » selon un vice-président du TGI de Paris.

Notre ami des militaires qui patrouillent à la Défense peut en témoigner :

« Jusque-là, les policiers ne connaissaient Alexandre D. que pour des faits de petite délinquance commis à l’adolescence, entre mai 2006 et fin 2007 : un port illégal d’arme, un vol avec effraction, un vol avec violences et une violation de domicile. Ces faits ne lui occasionneront jamais plus que des rappels à la loi, et il fera également l’objet, à cette époque, d’un suivi éducatif. »

Rien n’a changé depuis le film « Je sais rien mais je dirai tout » où Pierre Richard campe un éducateur social essayant de réinsérer trois petites frappes. J’ai toujours cru que c’était une comédie, et ben non.

Allez, pour en finir avec cette histoire, le générique du susdit film :

A ce stade

Samedi, un militaire français en patrouille a été attaqué à la gorge avec un cutter par un individu de type nord-africain d’une trentaine d’années portant une calotte blanche sur la tête et peut-être même, selon certains témoins cités par le Monde, qu’on a connu plus prudent face au risque de stigmatisation, une djellaba.

Trois jours auparavant, un soldat britannique avait été tué à l’arme blanche à Londres par deux hommes qui ont affirmé aux témoins agir «au nom d’Allah».

Voici la conclusion de notre cher président :

«Nous ne connaissons pas encore les conditions et les circonstances exactes de l’agression, ni même la personnalité de l’agresseur, mais nous devons regarder toutes les hypothèses et nous n’en négligeons aucune», «Je ne pense pas qu’à ce stade il puisse y avoir un lien, nous regardons tous les éléments et nous demandons à nos soldats (…) de relever encore le niveau d’attention».

J’en ai marre, je lis beaucoup, je m’informe, j’essaie toujours d’être juste et objectif, de pas m’énerver, je tente de réfléchir et pourtant je continue régulièrement à me faire avoir et à donner une mauvaise interprétation des évènements. Vous savez quoi, chers lecteurs , je crois que je suis vraiment nul en actualités et en réflexion logique. Des fois, je crois voir un rapport entre des faits alors qu’il ne s’agit que d’une COÏNCIDENCE. Les médias me le disent. Le président me le dit.

Et voilà, j’ai encore replongé, sous prétexte que deux militaires occidentaux se font égorger à trois jours d’intervalle par un ou plusieurs individus manifestant des traces de croyance religieuse, alors qu’il faut « regarder toutes les hypothèses ». Comme le Président n’a pas donné d’exemples des autres hypothèses, sans doute pour nous faire réfléchir (la Vérité ne doit pas tomber toute cuite du Ciel socialiste, il faut un peu d’exégèse personnelle), voici mes hypothèses concernant la tentative d’égorgement :

– un apprenti-boucher hallal aveugle, sourd et maladroit ?

– un complot d’extrême-droite (a priori pas trop de rapport mais ces gens-là sont haineux et fétides, donc on peut s’attendre à tout)

– une tentative de suicide du soldat qui en avait marre de patrouiller dans les couloirs du RER, je le comprends, et un individu (portant un petit bonnet blanc en raison du froid de ce putain de mois de mai) qui passait juste à côté en a profité pour voler le cutter, ce qui a fait croire aux témoins que c’était lui qui l’avait utilisé.

– un bricoleur sortant de chez Castorama et cherchant à tester le tranchant du cutter

Pas facile de trouve la bonne hypothèse, d’autant qu’on ne connait pas, dixit encore François, « la personnalité de l’agresseur » : aime-t-il la musique classique, les fleurs, les bonbons, est-il plutôt Mac ou PC ? aime-t-il sa maman ?

Bref, « à ce stade », grâce à cette triste affaire, je me suis amélioré en lecture du monde et je ne vois dorénavant plus de rapport entre les propos de Mollande et le fait d’être pris pour un con.

chuck-norris-coincidence

La dernière tentation

un zélateur du terroriste galiléen Christ provoque d’innocents jeunes  par une ostentatoire communication téléphonique
Un prêtre agressé dans la cité des Papes, Avignon, par quatre « jeunes » non identifiés.http://www.rtl.fr/actualites/info/article/avignon-un-religieux-agresse-apres-s-etre-fait-voler-son-telephone-portable-7761416804
Non identifiés ? Pas tant que ca.
L’ identité sociale et religieuse possibles des coupables se cache en effet dans le corps de l’article : sauras tu les retrouver ??
Tu gagneras peut être un voyage de découverte de la diversité dans le 93, les quartiers nord de Marseille ou bien grâce au RER B, une visite de  Châtelet les Halles.

Scandale à France 3, un journaliste fait son travail !

Ah mais non mais c’est pas beau ça, c’est vilain comme tout de faire ça, ça s’appelle une « manipulation politique », qui plus est émanant d’un « journaliste engagé à droite de manière assez affichée » ! Et savez-vous que ce bougre est « éditorialiste en charge de la justice », Oui, oui, sur France 3, on laisse en liberté quelqu’un qui pense, si ça se trouve, qu’il faut punir de prison les délinquants ?

Bon, je vous rassure, ça ne va pas durer longtemps, car cet éditorialiste est déjà « déontologiquement problématique ». Et kékilafait ce vilain fachopabo, pour manipuler les gens ?

Et bien, il a pris les images du « mur des cons » et il les a filées à des gens ayant assez de couilles pour les diffuser. Oui, ça pose un problème de déontologie de montrer la réalité, de montrer que les parents de gosses assassinés par des récidivistes remis en liberté par des juges sont considérés comme des « cons » par ces mêmes juges. Pourritures…

Sur le même sujet, initiative de M. Merchet à saluer ici.

Puisqu’on parle de cons, un petit dessin que j’ai fort goûté :

kamikaze.un.peu.con