A ce stade

Samedi, un militaire français en patrouille a été attaqué à la gorge avec un cutter par un individu de type nord-africain d’une trentaine d’années portant une calotte blanche sur la tête et peut-être même, selon certains témoins cités par le Monde, qu’on a connu plus prudent face au risque de stigmatisation, une djellaba.

Trois jours auparavant, un soldat britannique avait été tué à l’arme blanche à Londres par deux hommes qui ont affirmé aux témoins agir «au nom d’Allah».

Voici la conclusion de notre cher président :

«Nous ne connaissons pas encore les conditions et les circonstances exactes de l’agression, ni même la personnalité de l’agresseur, mais nous devons regarder toutes les hypothèses et nous n’en négligeons aucune», «Je ne pense pas qu’à ce stade il puisse y avoir un lien, nous regardons tous les éléments et nous demandons à nos soldats (…) de relever encore le niveau d’attention».

J’en ai marre, je lis beaucoup, je m’informe, j’essaie toujours d’être juste et objectif, de pas m’énerver, je tente de réfléchir et pourtant je continue régulièrement à me faire avoir et à donner une mauvaise interprétation des évènements. Vous savez quoi, chers lecteurs , je crois que je suis vraiment nul en actualités et en réflexion logique. Des fois, je crois voir un rapport entre des faits alors qu’il ne s’agit que d’une COÏNCIDENCE. Les médias me le disent. Le président me le dit.

Et voilà, j’ai encore replongé, sous prétexte que deux militaires occidentaux se font égorger à trois jours d’intervalle par un ou plusieurs individus manifestant des traces de croyance religieuse, alors qu’il faut « regarder toutes les hypothèses ». Comme le Président n’a pas donné d’exemples des autres hypothèses, sans doute pour nous faire réfléchir (la Vérité ne doit pas tomber toute cuite du Ciel socialiste, il faut un peu d’exégèse personnelle), voici mes hypothèses concernant la tentative d’égorgement :

– un apprenti-boucher hallal aveugle, sourd et maladroit ?

– un complot d’extrême-droite (a priori pas trop de rapport mais ces gens-là sont haineux et fétides, donc on peut s’attendre à tout)

– une tentative de suicide du soldat qui en avait marre de patrouiller dans les couloirs du RER, je le comprends, et un individu (portant un petit bonnet blanc en raison du froid de ce putain de mois de mai) qui passait juste à côté en a profité pour voler le cutter, ce qui a fait croire aux témoins que c’était lui qui l’avait utilisé.

– un bricoleur sortant de chez Castorama et cherchant à tester le tranchant du cutter

Pas facile de trouve la bonne hypothèse, d’autant qu’on ne connait pas, dixit encore François, « la personnalité de l’agresseur » : aime-t-il la musique classique, les fleurs, les bonbons, est-il plutôt Mac ou PC ? aime-t-il sa maman ?

Bref, « à ce stade », grâce à cette triste affaire, je me suis amélioré en lecture du monde et je ne vois dorénavant plus de rapport entre les propos de Mollande et le fait d’être pris pour un con.

chuck-norris-coincidence

Grandeur et décadence d’une jolie famille recomposée et multiculturelle

Devinez lequel n’a jamais été arrêté par la police ? Et oui, la vie est injuste, car le port d’une telle cravate aurait pourtant mérité le pénitencier.

Errant devant un écran télé, zappant entre les 1200 et quelques chaînes dorénavant à la disposition du téléspectateur lambda grâce au Progrès,  je tombai ce matin sur un épisode de « Arnold et Willy » ; enfin, je m’arrêtai au générique. Et me suis ainsi aperçu que j’étais déjà réac à l’école primaire !

Je n’ai jamais pu piffer cette série que je trouvais aussi niaise que ma prof de dessin et aussi écœurante qu’un rahat-loukoum abandonné sur un siège en cuir noir dans une voiture fermée en Arabie Saoudite au mois d’août sur le coup des midi.

Toujours grâce au progrès, en l’occurrence sans ironie et sans majuscule, je me rendis donc sur Wikipédia afin de découvrir le devenir des acteurs, n’ayant que le souvenir très vague que le petit tête à claques était mort. Et effectivement, il l’est. Mais pas que lui. Il est même question d’une « malédiction » de la série.

Résumons, une sublime série dans laquelle, dixit Wiki, « chaque épisode se termine sur une jolie morale et des conseils pour que les différences soient une force et un avantage. » et on se retrouve avec :

– la tête à claques qui, de fait, est condamnée à plusieurs reprises pour en avoir donné. Arrive à claquer tout son pognon en un temps record puis à claquer tout court en 2010.

– son grand frère dans la série qui s’est conformé à tous les clichés racistes en vigueur aux États-Unis, passant à plusieurs reprises par les cases drogue et prison.

– la « grande sœur » à qui tant de multiculturalisme heureux a tourné la tête et qui pour accentuer ce bonheur s’est mise à se droguer, à voler à main armée pour se droguer davantage (comme quoi, elle s’est réellement enrichie des différences) et enfin à faire la pute pour enfin avoir assez de pognon pour une overdose.

Y’a que le vieux collabo qui coule toujours des jours paisibles. Assez métaphorique tout ça…

Allez, je vous laisse sur une chanson qui vous ôtera à jamais l’envie d’être nauséabond :

Générique