Jérôme Lavrilleux, petit apparatchik crapuleux

Bon, comme d’hab, je suis en retard et tout le monde connait l’histoire, mais je ne peux pas m’empêcher de réagir quand même et de montrer que je ne méprise pas que les socialistes.

Jérôme Lavrilleux, donc, a déclaré, « si on m’exclut de l’UMP, je parlerai ». Tention, je vais tenter un peu de logique et traduire cette phrase. Comme ce député européen et petit chienchien de Copé veut rester à l’UMP, cette phrase a vocation de menace/chantage, donc le « je parlerai » veut dire qu’il va dénoncer des saloperies qu’il a vues commises à l’UMP. Donc il y a eu des saloperies commises à l’UMP (au moins selon lui), et donc il veut rester dans un organisme qui a commis des saloperies. Et donc pour le privilège d’y rester, ça ne le gêne pas de cacher lesdites saloperies de la vue des membres de l’UMP et des autres électeurs français. J’ai rarement vu comportement humain plus lamentable, qui arrive à mêler chantage, délation et manque absolu de fierté (ne parlons même pas d’honneur pour un si triste personnage !). Ah si, tiens, rajoutons-y la connerie de faire cette menace en public et non devant les seuls qui seraient menacés !

Et tiens, pour prouver mon manque absolu de sectarisme, une des phrases les plus cons que j’ai lues depuis longtemps et qui date de ce jour. Elle est de Marine le Pen :
« François Hollande a définitivement confirmé l’ancrage de sa politique dans l’ultralibéralisme le plus brutal, le plus stupide et le plus injuste » . 57% du PIB dépensé par la puissance publique, le plus grand nombre de fonctionnaires par habitant du continent, un plan d’économies ridicule par rapport au déficit et une régulation aveugle de tout ce qui bouge encore en France, si c’est ça l’ultralibéralisme faut qu’elle m’explique le communisme !!!

Stéphane Sitbon-Gomez, jeune apparatchik raciste

 

Sitbon-Gomez

Le Monde a publié un article fort laudateur sur le conseiller le plus proche de Cécile Duflot, le jeune Stéphane Sitbon-Gomez, dont le titre donne le ton : « Stéphane Sitbon-Gomez, jeune prodige des Verts ». Déjà, ce titre prête à rire : il y aurait donc des prodiges (ce n’est pas rien comme qualificatif !) chez les Verts ? Et puis, quand on lit l’article, on a du mal à trouver ce qui a donné l’idée au journaliste de le qualifier ainsi. Le seul exploit relaté, outre celui d’avoir été le conseiller spécial de la plus mauvaise ministre du logement de l’histoire de France, est d’avoir lu, tout petit, le Manifeste de Karl Marx et de connaître à fond, et je dois bien reconnaître que ce n’est pas courant, l’histoire du Parti Socialiste Unifié.

Personnellement, j’aurais plutôt titré cet article « Stéphane Sitbon-Gomez, un archétype du bobo ». En effet, l’article nous énumère les quartiers de noblesse gauchiste du jeune homme « Un grand-père, Guy Sitbon, journaliste au Nouvel Observateur, une grand-mère, Nicole Muchnik, signataire en 1971 du manifeste des « 343 salopes » pour la légalisation de l’avortement.  » Puis évoque l’aisance financière des parents « Ses parents sont des gauchistes libertaires qui évoluent dans la mouvance autonome des années 1980. Ils coupent les ponts quand la violence débute, font fortune dans le Minitel rose puis se lancent dans l’édition. »  Sans oublier d’évoquer le lieu où a grandi notre héros : la place Gambetta dans le 20ème arrondissement. Ce qui, pour le coup, met en adéquation les convictions des parents avec leur lieu de vie. Et là j’ouvre un aparté : on accuse souvent la classe dirigeante, et principalement socialiste, de prôner les vertus de l’immigration mais de vivre dans des quartiers où on en est protégé, du quartier Latin au Lubéron. Pour le coup, on voit qu’il y a vraiment des gauchistes qui aiment qu’un environnement haussmannien soit transformé en annexe des faubourgs de Bamako ou de Rabat, et de voir se multiplier les boucheries hallal et les femmes voilées. Quoique cette dernière évolution est tout de même assez récente et pas encore très marquée si on ne s’éloigne pas trop de la place Gambetta elle-même.

Pour en revenir au héros de l’article, surnommé « Yop » par Cécile Duflot, il est assez lucide sur lui-même « je suis un apparatchik », « faire de la politique en continu rend con » et semble plutôt sincère de manière générale. Et c’est pourquoi sa réponse à la dernière question qu’on lui pose, sur son engagement vers un mandat électif, est, si l’on s’y arrête, absolument terrifiante : « Des mecs blancs, de 30 balais, avec un bac + 5, il y en a plein en politique, répond Stéphane Sitbon-Gomez. Ainsi, ce brave écolo passé par Sciences-Po se définit d’abord non par ses idées, ses capacités, ses qualités humaines mais par son sexe, sa race, son âge et ses diplômes !!! Il a juste oublié de mentionner ses préférences sexuelles, peut-être est-il homo, ce qui lui ferait un « défaut » de moins. Personnellement, mon esprit nauséabond de gros fasciste n’aurait jamais pu sortir une réponse pareille ; ma « valeur », ou mon aptitude à briguer un mandat, ne vient ni de ma race (races qui d’ailleurs n’existent pas selon tous les médias français), ni de mon sexe ou de mes diplômes mais de ce que je sais faire ou ne pas faire. Le pire est que je suis sûr que ce jeune homme serait sincèrement choqué de lire qu’un Noir se refuse à être candidat parce qu’il y a déjà beaucoup trop d’autres Noirs candidats… Une telle haine inconsciente de soi-même… Buvons un Yop pour nous consoler !

index

Jeu (islamophobe) de l’été

Qui a écrit en 2004 : « Je juge reposant pour l’âme de voyager parfois hors de certains univers islamiques, c’est-à-dire loin des terres plantées de minarets où l’homme a créé l’enfer autour de lui. Loin des gourbis, loin des ânes battus, loin des femmes haïes et de la loi naturelle bafouée et loin de cette odeur de pisse chaude de chèvre qui flotte toujours au-dessus de la maison du Prophète. » ?

Indice : c’est le fils d’un célèbre « journaliste » français qui a table ouverte dans le petit monde intello-médiatico-parisien (le père, pas le fils)

Réponse dans une semaine !

Samedi 1er août 1914, J-1

C’est avec une grande tristesse que j’achève ce voyage dans le monde d’il y a un siècle. Un monde sans autoroutes, sans zones commerciales, sans immeubles hideux, sans bords de mer immondes, sans plastique dans les océans ou dans les arbres. Un monde où la diversité veut encore dire quelque chose, où même en Europe on met encore, souvent, des habits de sa région. Mais un monde qui a rendu inévitable, par ses progrès techniques, ce que je viens d’énumérer plus haut. Un monde dans lequel les Blancs, non contents de s’être emparés de l’Amérique quelques siècles plus tôt, s’acharnent à posséder chaque territoire habitables. Il semble que la colonisation fut une erreur économique, elle est avant tout pour moi une erreur morale. Et je ne dis pas ça parce qu’on s’est ramassés sur le territoire métropolitain tous les descendants de nos bon nègres et de nos bons arabes (quelques mesures simples appliquées à temps auraient permis d’éviter cette catastrophe en devenir). Non, je dis ça parce que j’aime la diversité, et que cette colonisation mit en place tout ce qui fait la mondialisation d’aujourd’hui, et en particulier l’homogénéisation, la mise en place d’une pensée unique des élites.

Je vous livre le dernier numéro, que peu de gens ont dû prendre le temps de lire ou d’acheter, la mobilisation générale étant sonnée le lendemain de la parution.

IMG_2862IMG_2863DeuIMG_2864Deux choses remarquables : une manifestation qualifiée de « patriotique » partant de la gare du Nord (pour les non Parisiens il s’agit maintenant du lieu accueillant tout le pire de la planète) derrière le Président de la république. Et des hommes habillés en costumes alors qu’on est fin juillet et qu’on a tous des images d’un été torride. Pour le patriotisme je n’ai pas d’explication (c’est pas un mot synonyme de fascisme et racisme ?) mais pour les costumes j’en ai une. Outre un souci de correction bourgeoise, ils se sont bien pelés en 14, y compris pendant l’été. Le 27 juillet, il a fait 14° l’après-midi à Paris, et depuis cette date les 20° n’ont guère été dépassés.

La suite de la visite de Poincaré en Russie :

IMG_2866Puis  IMG_2867Puis celle du procès de Mme Caillaux qui passionnait apparemment :

IMG_2868

Un financier étranger que la foule veut écharper car il fait passer ses intérêts avant ceux des petits épargnants et surtout qu’il dit du mal du marché français. Un autre monde, vous dis-je !

IMG_2869

Des chances pour la France :

IMG_2871On pourrait lire l’article de cette façon : on a décoré des collabos, qui se sont empressés d’aller lécher les bottes de l’envahisseur et de trahir leurs compatriotes. Mais on ne le fera pas. Bien sûr, ces trois frères ne cherchaient que le bonheur pour leur pays, et ce bonheur passait par les lumières de la civilisation française.

 

Et je finirai sur un des articles inimitables, montrant que chaque époque a ses futilités, et que si l’on ne discutait pas du sexe des anges à la veille de la grande boucherie, on n’étudiait pas que des choses passionnantes :

IMG_2872

Samedi 25 juillet 1914, les derniers beaux jours

Le monde d’avant va bientôt s’achever. Au point de vue de la technique, on est déjà dans notre monde. Il y a eu des perfectionnements depuis cent ans mais toutes les possibilités sont déjà là (même la version primitive de la Go Pro, cf plus bas !). L’abolition du temps et des distances : l’avion, le TGV, les communications instantanées d’un bout à l’autre de la planète. La société de loisirs : spectacles et sports. Pour tout ce qui concerne la vie quotidienne, je me sentirais presque chez moi en 1914 à condition de faire partie des citadins. Mais en ce qui concerne l’état d’esprit et les mentalités, quelle différence mon Dieu !!! Si, de leur tombe, ils nous voyaient et nous entendaient, nos pauvres ancêtres se croiraient tombés dans un asile de fous dépressifs. Allez, place à l’avant-dernier numéro d’avant la Chute.

A l’époque, on ne crache pas sur l’ours russe sous prétexte qu’il n’est peut-être pas totalement favorable aux droits des invertis. On aurait peut-être dû, d’ailleurs, cela nous eût épargné la guerre.

IMG_2852

L’affaire Caillaux connait ses suites judiciaires :

IMG_2853 IMG_2854Ah, les gendarmes avaient des moustaches de compétition à l’époque !

Sinon c’est encore la guerre au Mexique :

IMG_2855Et encore du sport, avec des commentaires superbement chauvins (non reproduits, je ne voudrais pas faire trop de chagrin à des lecteurs de gauche qui s’égareraient ici) :

IMG_2856Et, comme promis, les images prises avec la caméra Go Pro de 1914 (et en-dessous l’appareillage ayant permis la prise de vue) :IMG_2857 IMG_2858Avis aux lecteurs : j’aimerais savoir quelle était la signification du mot « squatter » dans l’extrait de l’article ci-dessous :

IMG_2859

Déjà des anti-corridas

IMG_2860

Et enfin un peu de science :

IMG_2861

 

Samedi 18 juillet 1914 : Hansi, les trains et le Louvre

IMG_28459 mois de prison pour avoir comparé un singe à Taubira (je ne plaisante même pas, un animal doué d’un minimum de conscience tel que le chimpanzé n’a pas à être comparé à une s… qui n’a d’yeux que pour ce qui peut nuire à ce qui n’est pas son pays) un an pour avoir caricaturé des Allemands en Alsace…

IMG_2846

Plusieurs pages d’un article très bien fait et qui nous apprend tout sur la signalisation ferroviaire (ah, bien sûr, faut être intéressé !). La très belle photo de nuit de la gare de Noisy le Sec pourrait sans doute être prise aujourd’hui. D’ailleurs, on soupçonne que certains aiguillages datent encore de 1914

IMG_2848 IMG_2849

IMG_2850Et un de ces petits articles que j’adore, le charme du dépaysement temporel :

IMG_2851

Samedi 11 juillet 1914, Sarajevo est presque oublié

IMG_2834Grand reportage sur ce président mexicain dont on se fout comme d’une phrase de Montebourg.

Les suites de l’attentat :

IMG_2837 IMG_2835

 

Il s’est aussi passé pas mal de choses en 1814 :

IMG_2838IMG_2844

Heureusement, on profite encore de la vie

IMG_2839 IMG_2840 IMG_2842Le Chamberlain qui vient de mourir, c’est le père de celui qui a signé les accords de Munich. En plus d’être nul, ce dernier était donc un fils à papa.

Et une ville qui va encore être mise à l’honneur au cours des quatre années qui vont suivre et qui finira la guerre totalement détruite. Bon, ils avaient l’habitude les Péronnais…

IMG_2843En 1918 :

Samedi 4 juillet 2014, la roue du destin s’est mise en route

IMG_2825IMG_2830

IMG_2827Les journalistes de l’Illustration ne parlent nulle part de possibles complications internationales…

Mais qui aurait pu avoir l’esprit assez chagrin et pessimiste pour prévoir que la « tragédie de Sarajevo » allait bientôt rendre quelques uns de ces enfants orphelins ?

IMG_2828

Sinon à Reims on jouait à la Grèce antique :

IMG_2831Pendant que l’alliance franco-russe se fortifiait :

IMG_2832

 

Et que la pollution intérieure du métro suscitait déjà quelques inquiétudes (au passage notez qu’on parle du « Métro » et du Nord-Sud »).

IMG_2833