Springbreak, liberté et responsabilité

spring-breakJ’ai vu hier soir un magnifique reportage sur l’importation de la mode du springbreak dans nos contrées, en l’occurrence en Espagne sur les stations balnéaires de la Costa Brava au printemps quand les hôtels sont encore vides. Pour ceux qui ne le connaitraient pas, le principe est simple : on est jeune, on va loin de papa maman avec que des potes qui ont le même désir : ne pas dessouler pendant trois jours ou plus et se taper un maximum de meufs (quoique vu l’état d’imprégnation alcoolique j’ai du mal à croire que le succès, d’un point de vue technique, soit souvent au rdv) . Pour 300€ on a le trajet, l’hôtel et open bar de 8h00 à minuit.

Bon, on peut peut-être rêver mieux pour la jeunesse du pays, mais c’est quand même moins grave (de mon point de vue d’Européen ethnique réac) que de se laisser pousser la barbe, d’arrêter de manger du saucisson et d’aller faire du tourisme en Afghanistan. Et honnêtement, si j’avais 20 ans, je crois que me laisserais tenter (avec l’espoir surtout que les filles à trois grammes me trouvent beaucoup plus sexy qu’en temps normal et que j’arriverais à rester viril).

Bref, le reportage s’attardait avec complaisance sur ces instants où l’être humain se transforme en un morceau de chair beuglant ou gloussant, chacun de ces jeunes se retrouvant soudainement ravalé, au point de vue de la dignité et du nombre de neurones, au niveau d’un ministre socialiste. Et soudain le drame : un jeune a réussi à tituber tellement qu’il est passé par-dessus la rambarde d’un escalier et s’est retrouvé la tête la première, sur un sol dur, cinq étages plus bas ! Miracle de la souplesse du corps humain permise par l’alcool, le « gamin » s’en sort vivant, avec de gros dégâts mais sans aucun paralysie définitive. La famille accourt, normal, on fait pleurer le téléspectateur, normal, et la mère de famille s’exprime. Une mère de famille tout ce qu’il y a de plus banale, issue de la classe moyenne française éduquée la plus normale. Et que demande-t-elle ? L’ouverture d’une enquête et que la « justice fasse son travail » pour savoir pourquoi les organisateurs (qui s’assimilent à des tours opérateurs s’étant adjoints les services de quelques cerbères de boîtes de nuit) n’ont pas suffisamment surveillé son fils… On croit rêver, le gosse a au moins 20 ans, il est parti avec l’assentiment au moins passif de ladite mère, il s’est foutu tout seul par terre (une heure avant il avait été exclu du bar, et dieu sait qu’il faut pourtant en faire), et on va chercher à accuser quelqu’un d’autre que soi ! La déresponsabilisation généralisée à l’œuvre dans ce pays est terrifiante

Publicités

2 réflexions au sujet de « Springbreak, liberté et responsabilité »

  1. J´avais vu un documentaire où le propriétaire d´un hotel en Espagne ou en Grèce voulait changer son hotel en **** de luxe pour éviter ce genre de clientèle qui prend les chambres les moins chères et ne consomme que de l’alcool selon lui. Ibiza, la Costa del Sol, La Costa Brava sont à éviter impérativement, l’alcool se consomme dans des seaux avec des pailles et c’est un grand baisodrome et vomitarium à ciel ouvert.
    Que dire des quadragénaires qui disent « ma maman » en prenant un petit air apitoyé pour raconter leur vie de famille….
    Taubira veut faire baisser la majorité électorale à 16 ans ( ceux qui sont susceptibles de voter PS) mais remonter la responsabilité pénale à 21 ans pour abaisser la population carcérale.

  2. Là les hôteliers locaux étaient bien contents de cette clientèle en morte saison. Mais ils louent leur hôtel en entier aux tours opérateurs : pas de problème de cohabitation de clientèle : que de la viande soule de moins de 25 ans
    Et je n’irai jamais foutre les pieds là-bas, c’est bien trop moche !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s