Un nouveau métier :

« Militant anti-discriminations » et accessoirement apprenti journaliste.

Lui, il est parti pour faire une belle carrière dans les médias ! Je ne peux m’empêcher de citer le début de son papier de fond, celui qui m’a donné envie d’en savoir plus :

« Les parents homosexuels sont-ils de meilleurs ou moins bons parents que les hétérosexuels ? Ce grand débat qui hante les conservateurs, fervents défenseurs de la sainte Église catholique, de la famille hétérosexuelle et grands adeptes de l’hypocrisie, vient d’être lancé par une pseudo étude scientifique.

 Non, si l’on en croit une étude du sociologue Mark Regnerus, parue il y a quelques jours dans le journal américain « Social Science Research » et reprise par Slate USA. L’étude, commandée par deux fonds sociaux américains à hauteur de 800.000 dollars, a de quoi faire douter de sa bonne neutralité mais passons…

Elle s’appuie sur l’examen d’environ 3.000 adultes provenant de huit structures familiales différentes et sur l’évaluation de quarante critères sociaux et émotionnels. »

On retrouve la syntaxe de Rosaelle et un sens de la logique à toute épreuve. Je vous épargne la suite.

Dans le premier paragraphe, écrit avec les pieds écrit comme une dépêche AFP, on voit tout de suite qu’on n’a pas besoin d’aller plus loin puisque cette étude est pseudo-scientifique, comme le prouvent le deuxième et le troisième paragraphe (une étude qui a coûté au moins 800 000$ et qui a porté sur un échantillon tout à fait négligeable de 3 000 personnes…).

Le début du deuxième paragraphe est hallucinant : il commence par « Non », ce qui constitue en général une réponse à une question ; or la question posée par le premier paragraphe était : sont-ils meilleurs ou moins bons ? Moi ça m’a fait beuguer le cerveau.

Bon, sinon, pour casser l’étude « pseudo-scientifique » qui dit qu’en général les enfants élevés par les homos ont plus de problèmes, il n’a comme argument que « y’a des enfants malheureux chez les hétéros aussi ». Le sens d' »en général » semble ainsi lui échapper … Mauvaise foi, illogisme, syntaxe approximative, sens du vent, amitié Fessbouc avec Aymeric Caron, je pense que ce « militant anti-discriminations » a tous les atouts pour casser la baraque prochainement !

Publicités

4 réflexions au sujet de « Un nouveau métier : »

  1. De toute façon, ces études sur « la réussite » des enfants qui ont grandit avec deux homosexuels, ne mèneront jamais nulle part.
    Ceci pour une raison simple, il n’y a pas d’accord sur ce qu’est un enfant équilibré et susceptible de mener une vie fructueuse.
    Par exemple, si mon fils finissait comme le gugusse que vous nous avez dégotté, ou si ma fille devenait une sorte de Caroline Fourest, je serais très triste de ce résultat désastreux. Par contre, aux yeux d’un activiste homosexuel, de tels spécimens sont considérés comme la fine fleur de ce que peut produire une enfance réussie.

  2. Pas mal vu…
    En ce moment je suis en train de lire « Enfance » de Gorki qui permet de voir plein d' »enfances » russes à la fin du 19ème siècles. Et ça me confirme, s’il en était besoin, qu’il y a plein d’autres défauts bien plus graves pour l’équilibre que d’avoir des parents homos. Mais ce n’est pas une raison pour raconter n’importe quoi comme le fait ce chasseur de discrimination.

  3. Un enfant peut mal tourner, même avec des parents hétéros, surtout dans le contexte historique où nous sommes : démission de l’école, apologie des droques, impérialisme culturel américain.
    Bref, que des difficultés.
    Alors ce n’est vraiment pas la peine de lui créer d’autres difficultés au départ, avec deux parents homos qui ne peuvent lui donner les mêmes repères.

    • Toutafé ! C’est bien pour ça que je suis contre, surtout quand on voit le mal qu’ont déjà des couples hétéros à adopter. Et le côté droit à l’enfant m’exapère aussi et puis aussi etc, etc je ne vais pas refaire l’argumentaire contre. Je voulais juste dire qu’il valait effectivement mieux être élevé par des homos équilibrés non violents non alcooliques que par des hétéros aux « qualités » inverses. Mais comme la proportion de connards alcoolos ou autres chez les homos est sans doute au moins aussi égale à celle des hétéros, autant éviter les « autres difficultés au départ » !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s